Editorial : Mars 2018 Enregistrer au format PDF

Jésus est ressuscité
Samedi 3 mars 2018 — Dernier ajout dimanche 8 avril 2018
0 vote

Jésus est ressuscité… et nous alors ? La résurrection de Jésus est attestée par le témoignage des Apôtres qui furent les témoins oculaires de sa présence parmi eux, et qui pour la plupart ont donné leur vie pour défendre cette réalité. Pour nous, l’adhésion à cette vérité de foi ne va pas sans combat. Dans le journal La Croix du 8 février le théologien Henri-Jérôme Gagey écrit : "La Résurrection, c’est le fait que Jésus est élevé dans la gloire et qu’il nous donne l’Esprit. […] Par cet événement, Jésus inaugure la fin des temps, et il échappe donc aux prises des historiens". Oui, notre raison se cabre devant l’obstacle : même certains des apôtres ont d’abord refusé d’y croire. Il a fallu, tel saint Thomas, qu’ils fassent l’expérience personnelle de la rencontre avec le Ressuscité pour enfin admettre l’impossible. Saint Paul, en butte aux objections des chrétiens de son temps, écrit aux Corinthiens : "Si le Christ n’est pas ressuscité, alors notre prédication est vide et vide aussi votre foi… » (1 Co 15, 14)." Plus loin, il rappelle que le Christ crucifié est "scandale pour les juifs et folie pour les païens" (1 Co, 1, 23), avant de préciser que pour les croyants "ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes." Autrement dit, la mort et la résurrection de Jésus bouleversent nos catégories mentales, nous remettent en cause profondément. Qui plus est, cette vérité en entraîne une autre : avec l’apôtre Paul encore, nous affirmons que nous aussi nous ressusciterons, car la résurrection de Jésus est le germe de la nôtre. "Nous proclamons que le Christ est ressuscité d’entre les morts ; […] S’il n’y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n’est pas ressuscité. […] Si nous avons mis notre espoir dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes. (1 Co, 12-13 ; 16-19). "Béni soit le règne qui vient !" Nous allons en ce mois de mars pérégriner vers Pâques. Pour nous préparer à notre rencontre personnelle avec le Ressuscité, nous pouvons nous inspirer des évangiles des dimanches à venir. Le 3e dimanche (épisode des vendeurs du temple),nous pourrons nous demander comment préparer les "temples de l’Esprit" que nous sommes, afin de mieux y accueillir le Corps du Christ. Puis, le 4e dimanche, où saint Jean proclame que "Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique…", nous nous laisserons inonder, réconforter par son amour qui nous apprendra aussi à aimer ce monde où Dieu nous envoie. Le 5e dimanche, nous saurons que le grain de blé doit tomber en terre afin de renaître et de donner tout son fruit ; avec le CCFD-Terre Solidaire nous aurons une pensée et un geste pour les plus pauvres de la planète. Enfin, ce sera le dimanche des Rameaux : la Passion est à l’œuvre, mais la lumière de Pâques luit déjà au fond de nos sépulcres, et nous laisserons jaillir le cri de joie : "Hosanna ! Béni soit le règne qui vient !". Il approche, le jour où nous entendrons l’hymne : "Ô toi qui dors, éveille-toi, relève-toi d’entre les morts ! Sur toi brillera la lumière : Jésus-Christ, alléluia !" Bonne marche vers Pâques ! Jef Philippe