L’Evangile, une Bonne Nouvelle ? Enregistrer au format PDF

Jeudi 31 janvier 2019
0 vote

Entre le temps de Noël et le début du Carême, les premiers dimanches du temps dit « ordinaire », nous donnent de suivre dans l’Évangile de St Luc les débuts de la prédication de Jésus en Galilée, là où il a passé les trente premières années de sa vie. Mais sa prédication interroge : qui est-il donc et qu’est ce qui lui permet de parler ainsi ?

Certains se méfient de lui, de ses paroles qui remettent en cause l’ordre social qui est largement en leur faveur. D’autres par contre, très nombreux, se mettent à l’écouter et à le suivre car il ose un langage nouveau et touche au cœur tous ceux qui sont les laissés pour compte de la société de cette époque.

Malgré l’adversité, Jésus ira jusqu’au bout de la mission et ce, jusqu’à donner sa vie sur la croix pour manifester l’amour de Dieu son Père pour tous les hommes et en particulier les plus humbles.

A sa suite, les Apôtres eux aussi, n’ont pas ménagé leur peine pour porter le message du Salut promis à tous. L’Église naissante a été fondée sur cette Bonne Nouvelle, en dépit des persécutions et ce pendant trois siècles, jusqu’à ce que l’empereur Constantin accorde la liberté religieuse par l’Édit de Milan en 313.

Témoins de l’Évangile

Qu’en est-il aujourd’hui ? Dans de nombreux pays, les chrétiens sont toujours persécutés au point qu’ils doivent choisir entre quitter leur terre ou y rester, au péril de leur vie. Ils sont nombreux en recherche d’une terre d’asile et il faut bien reconnaître qu’ils ont du mal à trouver un refuge. Ils sont pour nous, des témoins de leur attachement à l’Évangile de Jésus Christ. Pour préserver leurs convictions profondes, ils mettent en jeu leur avenir et jusqu’à leur propre vie. Nous ne pouvons que respecter et nous incliner devant une telle détermination.

Faire entendre la Bonne nouvelle

Dans notre société occidentale tournée vers le consumérisme et la recherche permanente du bien-être immédiat, nous avons, nous aussi, bien du mal à faire passer le message de l’Évangile. Notre plus grand obstacle est l’indifférence. Notre voix peine à se faire entendre. Alors, l’Évangile est-il Bonne Nouvelle pour notre temps ?

Regardons encore ces migrants et ces martyrs d’aujourd’hui et considérons leur détermination. Regardons les difficultés rencontrées par le Christ en son temps. Regardons les épreuves qu’ont dû subir les premiers chrétiens pour fonder les premières communautés. Ils avaient l’ardente conviction que cet Évangile, parfois exigeant, il est vrai, était Bonne Nouvelle car il était l’expression de l’amour de Dieu pour tous les hommes. Alors, ils ont tenu bon ! C’est par eux et par bien d’autres à travers les âges et de nombreuses vicissitudes que ce message est arrivé jusqu’à nous.

Si nous aussi avons la conviction que l’Évangile, malgré ses exigences, et peut-être en raison de ses exigences, est Parole de Dieu, Parole de vie, de paix et d’amour, réjouissons-nous, ne le gardons pas jalousement. Faisons-le vivre en nous et autour de nous afin qu’il soit connu et qu’il puisse se répandre dans le cœur de tous ceux qui voudront bien l’accueillir. Oui, l’Évangile, Parole d’amour de Dieu, est Bonne Nouvelle pour tous les hommes. Alors, soyons dans la joie, car une Bonne Nouvelle porte toujours à la joie, ceux qui la reçoivent.

Maurice Echevest, diacre.